Vos référents en Productions animales
Philippe BEAUR : pbeaur@apecita.com
Aurélie LAGREE : alagree@apecita.com
Anne-Laure BOUCLY PERROT : alperrot@apecita.com

LIRE L'ECLAIRAGE DES REFERENTS

Avec 238 500 exploitations d'élevage, les filières françaises offrent d’importants débouchés en termes d'emploi. Ces opportunités sont proposées sur les exploitations elles-mêmes mais également sur les structures qui les accompagnent : de l'appui à la production jusqu'à la transformation et à la commercialisation des produits. Depuis quelques années maintenant, ces différents employeurs rencontrent des difficultés à recruter dans la filière et ce, quels que soient les profils, les qualifications où les niveaux d'études requis.

A la recherche de compétences variées...

Les filières d’élevage constituent un vivier important d’offres d’emploi sur le territoire national. Toutes les espèces réclament des bras et des têtes et ce, quelques soient les tâches requises. Si les métiers de la production recherche des habiletés, il n’en est pas moins vrai que les connaissances zootechniques pointues sont appréciées.  C’est aussi le cas des métiers périphériques à la production comme le conseil technique ou le commerce auxquels s’ajoutent des savoir-être tel que la facilité dans la relation, ou la capacité de compréhension globale d’un système d’exploitation, etc.

...Qui évoluent depuis plusieurs années

L’évolution des techniques et les apports de la technologie requièrent des compétences complètes. L’évolution (génétique, techniques alternatives, assistance informatique, taille des troupeaux…) et de nombreux paramètres (sécurité et autonomie alimentaire, respect de l’environnement, qualité, bien-être des animaux, optimisation économique…) génèrent des besoins en compétences de plus en plus élevés dans le secteur du développement et de l’accompagnement des structures de production. Comme dans de nombreuses filières, la présence accrue des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) requiert de plus en plus de connaissances dans le maniement des outils informatiques (logiciel d’aide à la décision, de gestion de troupeau, robotique…) et ouvre aussi la porte à des profils technologiques.
La motivation et l’intérêt pour les productions de la part des candidats à l’emploi peuvent souvent, aux yeux des employeurs, pallier le manque d’expérience voire de connaissances. De plus, la montée en puissance des activités de développement local (transformation à la ferme, circuits courts, commerce à distance, vente à la ferme, …) offre une accessibilité aux profils hors secteur « Production Animale », voire hors agriculture et à des compétences plus transversales (IAA, vente, marketing, e-commerce...).

...Dans une filière en tension

La production animale, à l’instar de toutes les filières agricoles, n’a plus la même attractivité et les employeurs peinent à recruter. Tous les métiers sont touchés, de l’élevage au conseil, en passant par le commerce. Pourtant, les filières de formation agricole continuent d’attirer de nombreux jeunes et les reconversions vers certaines formes d’agriculture sont assez fréquentes. Il est donc du ressort de tous les acteurs de l’emploi de valoriser l’intérêt des métiers. Du côté des employeurs, il convient d’actionner de nouveaux leviers de développement de l’attractivité des métiers. Par exemple, travailler sur la « marque employeur » c’est communiquer sur les valeurs de l’entreprise, afficher les opportunités de progression, détailler un environnement et des conditions de travail, générer de l’événement. S’ouvrir à des profils plus atypiques, accompagner la prise de poste sont également des moyens de renforcer et de pérenniser les forces vives de l’entreprise.  

DECOUVRIR LE CAHIER EXPERT "PRODUCTIONS ANIMALES"