Technicien de maintenance machinisme F/H

Technicien de maintenance machinisme F/H

On compte sur elle/lui

Mettre en service les équipements
Assurer les interventions de maintenance
Détecter les pannes
Établir le bon diagnostic
Effectuer les réparations
Conseiller les clients
Appliquer les préconisations des constructeurs et les normes de sécurité

Son profil

• Bonnes connaissances techniques (mécanique, hydraulique, électrique, électronique…)
• Rigoureux
• Polyvalent
• Sens du contact et du service
• Attrait pour le milieu agricole
• Intérêt pour les nouvelles technologies
• Aptitude au travail en autonomie comme en équipe

Les formations possibles

Bac pro agroéquipement
Bac pro maintenance des matériels (Option A : matériel agricole)
BTSA génie des équipements agricoles
BTS techniques et services en matériels agricoles
Formations qualifiantes : CS tracteurs et machines agricoles : utilisation et maintenance, CQP technicien de maintenance des matériels agricoles…

Où exercer ?

• Chez un constructeur, un concessionnaire ou un distributeur de matériels agricoles, dans une Cuma, dans une entreprise de travaux agricoles, dans une exploitation agricole de taille importante.

Ses perspectives d'évolution

Évoluer vers un poste de responsable d’atelier ou de technico-commercial

Quelle rémunération ?

À partir de 20 K€

Casa Service Machine
38 TECHNICIENS SPÉCIALISÉS DANS DEUX DÉPARTEMENTS

Fondée en 1948, Casa Service Machine est spécialisée dans la vente, la location et l’entretien de matériel agricole. La société compte deux concessions dans le Nord, et deux dans le Pas-de-Calais dont la maison mère située à Tilloy-lès-Mofflaines. Elle commercialise des tracteurs, moissonneuses-batteuses, machines de récolte, pulvérisateurs, semoirs et outils de travail du sol. Les machines distribuées par le réseau sont commercialisées en partenariat avec des marques comme Claas, Grimme, Grégoire-Besson, Sulky et Triolet. Casa Service Machine propose également un service d’achat de matériel d’occasion. L’entreprise compte 88 salariés, 38 techniciens spécialisés dont une dizaine dans le matériel de récolte. Comme l’explique l’un d’eux, Frédéric Lefebvre : « Ce métier demande de solides connaissances en machinisme agricole et dans lequel il faut être prêt à faire beaucoup d’heures et se déplacer afin d’apporter au client des solutions de dépannage efficaces. »

Frédéric Lefebvre, technicien spécialisé récolte
« UN BON MÉCANICIEN DOIT SAVOIR TOUCHER À TOUT »

« Mes parents sont agriculteurs et j’ai été bercé dans ce milieu depuis toujours », raconte Frédéric Lefebvre, technicien spécialisé récolte. Passionné depuis toujours par la mécanique agricole, il décide alors de passer un BEP mécanicien agricole, qu’il complète avec une mention hydraulicien, hydraulique et diéséliste. « Je n’ai pas eu le Bac, mais cela ne m’a pas empêché de m’épanouir et à force de persévérance j’ai réussi à arriver là où je suis », sourit le technicien. Après avoir passé douze ans dans une ETA à conduire et entretenir des machines de récoltes, il fait le choix, en 2001, de rejoindre Casa Service Machine. Dans la continuité de son ancien poste, il se spécialise dans la mécanique des machines de récoltes comme les moissonneuses-batteuses, les ensileuses, les presses et les récolteuses à betterave : « Il y a vingt ans, on pouvait être un mécanicien polyvalent : désormais le matériel a tellement évolué que nous ne sommes même plus des mécaniciens mais des techniciens spécialisés dans un domaine bien précis. » Chez Casa Service Machine, ces professionnels suivent trois semaines de formation par an au centre de formation de la marque Claas situé à Chartres. Ils reprennent toutes les pannes auxquelles ils peuvent être confrontés au quotidien et sont informés des innovations futures. Un apprentissage important puisque le technicien, en saison, il peut intervenir en moyenne sur 4 ou 5 dépannages par jour. « En période de récolte, il ne faut pas avoir peur de faire des heures, explique Frédéric Lefebvre. Je travaille dans un périmètre qui s’étend de Dunkerque en passant par Abbeville et qui descends jusqu’au nord de Paris. Avec les temps de trajets, ça fait souvent de grosses journées. » Une fois arrivé chez l’agriculteur, le technicien doit cibler au plus vite le problème qui a causé la panne. Elle peut être hydraulique, électrique ou moteur, entre autres. « Un bon technicien doit savoir toucher à tout. Il faut être capable de faire un diagnostic informatique ou encore interpréter des codes erreurs, indique-t-il. Le métier ne se limite pas à changer des pièces ou faire des vidanges. » Dans le cas où la panne est complexe à résoudre, il peut faire appel à des experts basés à la maison mère de Claas pour lui venir en aide. En hiver, l’activité se déroule principalement chez les agriculteurs. Les techniciens interviennent directement chez eux pour réviser des machines. « Une des compétences à avoir dans ce métier est l’autonomie, estime le technicien. En effet, nous sommes souvent seuls chez les clients et il faut pouvoir faire ce qu’il y a à faire dans les meilleures conditions. Ce contact avec les agriculteurs est une chose que j’apprécie beaucoup. » Parmi les autres qualités essentielles, Frédéric Lefebvre souligne la curiosité et surtout la passion pour le machinisme. « Je pense sincèrement que ce métier est ouvert à tous, aux hommes et aux femmes. Du moment que l’on a la passion pour le matériel agricole, même si le niveau scolaire est un peu faible, on peut devenir technicien spécialisé sans problème. » Aujourd’hui, Frédéric Lefebvre entame sa 32e année dans la réparation et l’entretien du machinisme. Il ne connaît pas la lassitude et espère encore être bercé par cette passion de nombreuses années.

Source : Tribune Verte N°2957
Crédit photo : ZENTANGLE/ADOBE STOCK + VISUAL GENERATION/ADOBE STOCK