Vous avez le bac, vous voulez faire des études courtes

Les experts de l'APECITA vous conseillent

Glossaire

 

 

LE BTSA : Brevet de technicien supérieur agricole
Le  BTSA relève du ministère de l’Agriculture. L’entrée en BTSA est possible après un Bac et la formation dure 2 ans. Le BTSA prépare à la responsabilité d'une exploitation ou d'une entreprise agricole, para-agricole ou à exercer une fonction de technicien supérieur salarié mais la poursuite d’études est possible.

LE BTS : Brevet de technicien supérieur
Le  BTS relève du ministère de l’Education nationale. L’entrée en BTS est possible après un Bac et la formation dure 2 ans. Le BTS prépare à exercer une fonction de technicien supérieur salarié mais la poursuite d’études est possible.

DUT : Diplôme universitaire de technologie
Il est dispensé dans les instituts universitaires de technologie. Son enseignement bénéficie des avantages offerts par les Universités. La formation est orientée vers l’insertion professionnelle, mais permet également la poursuite d’études.

A la rentrée 2021, les IUT ne proposeront plus le DUT mais le BUT : Bachelor universitaire de technologie, un nouveau diplôme au grade de licence.

 

DEUST : diplôme d’études universitaires scientifique et technique
Il se prépare à l’université. Les contenus théoriques et pratiques de chaque spécialité sont le plus souvent définis en collaboration avec des entreprises et des collectivités locales.

Le bachelor
La formation doit être visée par l’État ou inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Le bachelor européen est accessible via les écoles membres de la Fédération européenne des écoles (FEDE).

La licence professionnelle
Elle est accessible après un diplôme Bac+2 et dure un an. Le plus souvent, elle est conduite dans le cadre d’un partenariat entre une université et un établissement de formation agricole.

François, étudiant en licence professionnelle ABCD (agriculture biologique : conseil et développement)
« Après un bac S en lycée agricole, qui m’a permis de découvrir la base de la production, je n’avais pas encore de projet professionnel bien défini. J’ai donc pensé que ce serait intéressant de compléter mes connaissances dans le domaine de la transformation alimentaire. C’est pourquoi je me suis dirigé vers un BTSA STA (sciences et technologie des aliments). Durant mes années de BTS, j’ai affiné mon projet et j’ai décidé de devenir conseiller agricole.
Il m’a alors paru indispensable de poursuivre avec une licence professionnelle afin de me préparer à ce métier. Il restait à savoir laquelle choisir car l’offre de formations est assez complète et diversifiée. Dans un premier temps, je me suis renseigné sur les différentes licences pros en me rendant notamment à des portes ouvertes à travers la France. C’est important de ne pas se limiter à sa région d’origine. J’ai aussi sollicité mes enseignants et j’ai cherché des conseils directement auprès d’agriculteurs.
Finalement, c’est un job d’été qui en quelque sorte m’a servi de déclic. J’ai travaillé comme agent de caisse dans une grande surface. Voyant de plus en plus de produits bio passer sur mon tapis, je me suis dit qu’il s’agissait vraiment d’une agriculture d’avenir et qu’il fallait prendre le train en marche plutôt que de rester sur le quai !
C’est ainsi que j’ai opté pour la licence pro ABCD (agriculture biologique : conseil et développement). Ce n’était pas gagné d’avance car je n’avais pas forcément le BTSA le plus adapté pour entrer dans cette formation. Mais j’ai peaufiné mon CV et surtout ma lettre de motivation ; en définitive, ça a payé ! »