Vous êtes en 3e, vous hésitez entre CAP ou un bac ?

Les experts de l'APECITA vous conseillent

Glossaire

(*) Les élèves qui s'engagent dans la préparation d'un bac professionnel ont la possibilité d'obtenir le BEPA en fin de de première professionnelle

CAPa : Certificat d’aptitude professionnelle agricole
Le CAP agricole est accessible après la classe de 3ème et dure 2 ans. Il permet l'entrée dans la vie professionnelle comme "ouvrier qualifié des entreprises agricoles et para-agricoles". Après un CAP agricole, il est possible de poursuivre ses études en intégrant une classe de première bac professionnel.

BPA : brevet professionnel agricole

Le BPA est délivré par la voie de l'apprentissage ou en formation continue. Il permet l'entrée dans la vie professionnelle comme ouvrier qualifié dans le domaine agricole et para-agricole.

Bac professionnel
Le baccalauréat professionnel dure 3 ans après une classe de 3ème ou 2 ans après un CAP agricole. Ce diplôme vise à former des "ouvriers, des employés hautement qualifiés".
L’obtention du BEPA est possible en fin de première bac professionnel.
Après le bac professionnel – et sous réserve d’avoir un bon niveau – il est possible d’intégrer un BTS, un BTS agricole ou un DUT et de poursuivre par une licence professionnelle. Vous pouvez également vous spécialiser en choisissant, par exemple, un certificat de spécialisation ou une mention complémentaire.

Bac technologique
Le bac technologique de l'enseignement agricole se prépare en deux ans,  après une seconde générale et technologique.
Il existe huit séries technologiques. Dans l’enseignement agricole, il s’agit du « bac STAV » (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant).
Le bac technologique privilégie la notion de projet, à une certaine mise en pratique et aux stages d’initiation en milieu professionnel.
Sa vocation est la poursuite d’études :

  • Cycle court : BTS, BTSA, DUT puis, éventuellement, licence professionnelle
  • Cycle long : écoles d’ingénieurs, études universitaires scientifiques

Bac général spécialités : Biologie-écologie / Physique-chimie / Mathématiques

Il remplace le bac S (2021)

Dans l’enseignement agricole, il s’agit du « bac général spécialités : Biologie-écologie / Physique-chimie / Mathématiques ». En effet, trois enseignements de spécialité sont suivis en classe de première : Biologie-écologie, Mathématiques et Physique-Chimie. En classe de terminale, l'élève choisit deux enseignements de spécialité parmi les trois suivis en première.
Sa vocation est la poursuite d’études :

  • Cycle court : BTS, BTSA, DUT puis, éventuellement, licence professionnelle
  • Cycle long : écoles d’ingénieurs, études universitaires scientifiques

Réforme du bac général (2021)

Stéphane Lowys, directeur général adjoint de l’Institut de Genech (Hauts-de-France)
« Dans le cadre de la réforme du bac, notre lycée d’enseignement général propose aux élèves de première plusieurs spécialités, dont la biologie-écologie, spécifique à l’enseignement agricole. Cela permet à l’élève d’acquérir et d’approfondir des connaissances autour de deux grands thèmes.
Le premier d’entre eux concerne les enjeux contemporains environnementaux, où sont notamment abordées les notions de changement climatique, de transition énergétique, de protection de la biodiversité, mais aussi la manière de nourrir la planète dans ce contexte. Le second grand thème se concentre sur le lien entre l’alimentation et la santé. Les notions développées dans cette partie permettent aux élèves de cerner des facteurs influençant la santé de l’individu : alimentation, environnement, activité physique, comportement à risque, patrimoine génétique… C’est aussi l’occasion d’évoquer les enjeux de santé publique qui y sont associés.
Au niveau de l’approche pédagogique, la spécialité biologie-écologie vise également à participer à la construction d’une culture scientifique solide, à la formation de l’esprit critique et à l’éducation citoyenne. Il y a une part importante de travail en laboratoire et/ou sur le terrain, qui reste une particularité de l’enseignement agricole.
Cette spécialité a pour objectif de préparer aux études supérieures dans les domaines de la biologie, de l’écologie, de la santé, du sport. C’est pourquoi il est fortement conseillé de la choisir en classe de première, avec les deux autres spécialités que sont les mathématiques et la physique-chimie. En classe de terminale, quand il ne faudra retenir que deux enseignements de spécialité, les élèves qui souhaiteraient s’orienter vers des BTS agricoles auront plutôt intérêt à la conserver. Pour ceux qui se dirigeraient vers un cursus ingénieur, nous conseillerons sûrement de conserver les spécialités mathématiques et physiques-chimie. Tout dépendra du choix d’orientation puisque la spécialité biologie-écologie offrira aux jeunes de multiples voies de poursuite d’études en cursus supérieur. »

BP : brevet professionnel

Le BP est délivré par la voie de l'apprentissage ou en formation continue. Il atteste d'une haute qualification ouvrière. Souvent préalable à un projet de création d'entreprise, il comprend l'enseignement des techniques de gestion.

BP JEPS : Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport

Le BP JEPS atteste de la possession des compétences professionnelles indispensables à l’exercice du métier d’animateur dans le champ de la spécialité obtenue.