PANORAMA DE L’OFFRE DE FORMATION DANS LA FILIÈRE HORTICOLE

Études courtes ou longues, formation initiale ou continue : le secteur de l’horticulture offre aux jeunes et moins jeunes, scolaires, salariés, ou chômeurs en reconversion, tout un panel pour se qualifier et obtenir des diplômes.

L’horticulture, que ce soit en production fruitière, en cultures légumières ou en horticulture ornementale, est un secteur qui offre une importante diversité de métiers et qui s’adresse à des personnes passionnées et attirées par le travail en plein air. Ces métiers sont accessibles par des formations allant du niveau CAP à la licence professionnelle, voire au diplôme d’ingénieur.

L’étendue des recrutements

Néanmoins, l’horticulture reste une filière qui recrute principalement en production, c’est pourquoi les niveaux les plus appréciés sont le CAP agricole (métiers de l’agriculture horticulture), le BPA (travaux des productions horticoles) et le bac pro (productions horticoles). Certaines exploitations de taille importante proposent aussi des postes de chef d’équipe ou de chef de culture, accessibles à des titulaires d’un BTSA (production horticole). Nous pouvons trouver également de nombreux postes dans les stations de conditionnement. Ces derniers sont principalement accessibles à des profils plus généralistes en lien avec l’agroalimentaire (conducteur de ligne, technicien agréeur...) L’horticulture a également besoin de commerciaux qui doivent être pragmatiques et réactifs, puisqu’ils seront amenés à travailler en lien avec des produits fragiles et périssables qui exigent une grande rigueur logistique. Pour ces postes, les recruteurs recherchent des profils ayant un niveau bac +2 comme le BTSA technico-commercial « jardins et végétaux d’ornement », par exemple. En jardinerie, les bac pro technicien « conseil vente de produits de jardin » sont également demandés. Le monde de la fleuristerie offre également des opportunités via des formations spécifiques (CAP fleuriste, BP fleuriste, brevet de maîtrise fleuriste). N’oublions pas les postes en lien avec l’expérimentation, où les profils BTSA et ingénieurs/masters sont les plus recherchés, ainsi que toutes les formations qualifiantes permettant d’acquérir de nouvelles compétences et de faciliter l’accès à l’emploi.

Il est à noter que tous les diplômes du ministère de l’Agriculture sont accessibles par plusieurs voies: scolaire, apprentissage, formation continue ou professionnelle et VAE (validation des acquis de l’expérience). Il ne faut pas hésiter à se renseigner sur notre site ou directement auprès des établissements.

Anne-Claire Lefloch, chargée de mission à l’APECITA