Technicien de laboratoire F/H

Technicien de laboratoire F/H

On compte sur elle/lui

Effectuer les analyses demandées
Suivre les protocoles
Respecter les exigences d’hygiène et de sécurité
Saisir et interpréter les résultats
Rédiger des protocoles d’analyses et des comptes rendus
Participer au développement de nouvelles méthodes d’analyses
Participer à l’optimisation des protocoles existants
Assurer le contrôle et l’entretien du matériel de laboratoire

Son profil

• Bonnes connaissances théoriques et pratiques en techniques de laboratoire
• Organisé
• Rigoureux
• Méthodique
• Sens de l’observation
• Force de proposition
• Aisance rédactionnelle
• Capacités d’analyse et de synthèse
• Aptitude au travail en autonomie comme en équipe

Les formations possibles

Bac + 2/3 en agriculture, agroalimentaire, biologie, biochimie ou microbiologie
BTSA Qualité, alimentation, innovation et maîtrise sanitaire (Ex STA)
BTSA Anabiotec (Analyses agricoles, biologiques et biotechnologiques)
BTSA Gemeau (Gestion et maîtrise de l’eau)
BTS bioanalyses et contrôles
BTS bioqualité
BUT mention génie biologique (parcours analyses biologiques et biochimiques, industries agroalimentaires et biologiques ou agronomie)

Où exercer ?

• Chez un semencier, dans un laboratoire de recherche public ou privé, dans une industrie agroalimentaire, dans un organisme de contrôle et de certification, dans un établissement de formation…

Ses perspectives d'évolution

Évoluer vers un poste d’encadrement d’une équipe de laboratoire.

Quelle rémunération ?

À partir de 20 K€.

Gautier Semences
UN LABORATOIRE QUI SOUTIENT LA SÉLECTION AGRONOMIQUE

Basé dans les Bouches-du-Rhône, Gautier Semences sélectionne, produit et commercialise des semences potagères à destination des maraîchers professionnels. L’entreprise familiale, qui fêtera l’année prochaine ses 70 ans, cherche à développer de nouvelles variétés de tomates, laitues, courgettes, melons… répondant aux attentes des producteurs (rendement, résistance aux maladies…) et des distributeurs (couleur, goût…). Parmi ses salariés (plus de 160), six personnes travaillent au sein du laboratoire de biotechnologies. Sandie Passera, la responsable, manage trois techniciens de laboratoire et une employée de laboratoire, et collabore avec une docteure en génomique appliquée. « Notre rôle est de soutenir le travail de sélection pour faire avancer la recherche plus rapidement, explique la responsable. Dans la sélection assistée par marqueurs (SAM), nous prélevons des morceaux de plantes, extrayons l’ADN et déterminons ensuite par PCR, à l’aide de marqueurs moléculaires, la présence ou non de caractères agronomiques qui intéressent les sélectionneurs. » Avant d’être appliqués, les marqueurs moléculaires doivent être développés. Ce travail de mise au point est réalisé en coordination avec le laboratoire de phytopathologie de Gautier semences, pour faire le lien entre les maladies observées sur les plantes et les régions des gènes impliqués.
Au sein du laboratoire, la responsable recherche essentiellement des techniciens de laboratoire avec un profil technique, de type BTS, DUT ou licence professionnelle en biologie. « Il y a beaucoup de manipulations. Il faut aimer le travail en laboratoire mais aussi le végétal, affirme-t-elle. Il faut être rigoureux, organisé, faire preuve de patience et savoir travailler en équipe. »

Romaric Quinaux, technicien de laboratoire en biotechnologies
IL CONÇOIT DES OUTILS POUR LA SÉLECTION ASSISTÉE PAR MARQUEURS

Depuis janvier 2019, Romaric Quinaux travaille chez Gautier Semences, dans les Bouches du-Rhône, au sein du laboratoire de biotechnologies. Diplômé d’une licence en biologie, il a réalisé des stages de fin d’année en recherche et travaillé près d’un an au sein du laboratoire de phytopathologie de chez Arvalis – Institut du végétal, plus spécifiquement sur la détection de maladies du maïs grâce à la technique de la quantification par PCR.
Au sein du laboratoire de biotechnologies, il recherche et développe – sous la responsabilité de la docteure en génomique appliquée – des marqueurs moléculaires qui pourront ensuite être utilisés dans la sélection assistée par marqueurs (SAM). « Je crée des outils qui serviront aux analyses de routine et viendront ainsi en support de la sélection agronomique, explique-t-il. Ces outils de PCR permettent de détecter ce que l’on souhaite dans une plante le plus tôt possible. » Lorsqu’il est arrivé au sein du laboratoire il y a deux ans, il maîtrisait déjà les techniques de base, mais il a été formé au protocole interne à Gautier Semences. Son quotidien est aujourd’hui rythmé par beaucoup de tests de PCR. « Développer des outils prend du temps. Il faut être rigoureux et assurer une bonne traçabilité », atteste-t-il. Entre le moment où des marqueurs moléculaires sont mis au point et le moment où de nouvelles variétés de légumes sont retenues pour aller plus loin dans le processus de sélection, le pas de temps est long, avec entre-temps de nombreux échanges entre le service de Romaric et l’équipe de sélectionneurs agronomiques de Gautier Semences. « Ce qui me plaît le plus, c’est de voir le développement d’un outil, son application au quotidien, raconte-t-il. J’avais sous-estimé au départ la nécessité d’être patient. On se confronte parfois aussi à l’échec. Dans ce cas, il faut savoir prendre du recul, rester calme et pragmatique. »

Source : Tribune Verte N°2958
Crédit photo : IRINA STRELNIKOVA/ADOBE STOCK