Réforme : Le tronc commun du Bac pro évolue

Depuis quelques semaines, les élèves qui préparent un Bac professionnel agricole ont pu voir l’enseignement des matières générales évoluer. Objectif de la réforme : développer les compétences psychosociales de ces derniers, afin de favoriser leur insertion professionnelle.

Le tronc commun du Bac professionnel agricole a fait l’objet d’une refonte à la rentrée 2022. Une réforme d’importance, puisque 45 % des élèves de l’enseignement agricole suivent ce cursus, selon le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. L’enseignement des matières générales (lettres, histoire, mathématiques, langues vivantes, etc.) dans les seize spécialités de ce cursus évolue pour répondre aux nouveaux enjeux de l’agriculture et du monde du travail.
« L’approche pédagogique est centrée sur l’acquisition de compétences transversales à̀ partir de mises en situations sociales et professionnelles concrètes, présente Caroline Cibert, directrice de l’Eplefpa de Courcelles-Chaussy, en Moselle. Les différentes matières sont ainsi mises au service de l’acquisition par les jeunes des capacités à construire un projet, à travailler en équipe, à s’adapter, à construire et à exprimer leur opinion… »
L’objectif est de donner aux élèves les clés pour « agir en conscience dans une société complexe et un monde professionnel en mutation », selon le ministère.
Ce nouveau tronc commun s’articule autour de quatre blocs de compétences : construire son raisonnement autour des enjeux du monde actuel ; débattre à l’ère de la mondialisation ; développer son identité culturelle ; agir collectivement dans des situations sociales et professionnelles.

Développer les soft skills

Cette nouvelle orientation a pour but de favoriser la poursuite d’études après le Bac et d’aider les jeunes à développer leurs compétences psychosociales, à l’heure où le monde du travail s’intéresse de plus en plus à ces soft skills (retrouvez un dossier consacré aux soft skills dans Tribune verte n° 2990).
Le ministère donne l’exemple du troisième bloc de compétences « Développer son identité culturelle », qui entend aider les élèves à construire et à expliquer leur choix d’orientation professionnelle. Dans le cadre du Bac pro conduite et gestion de l’entreprise agricole, une séquence d’enseignement s’articulera autour de la construction, en groupe, d’une trame d’interview destinée à des agriculteurs locaux. Les questions porteront sur leur choix de systèmes de cultures afin que chaque élève puisse, une fois les interviews réalisées, expliciter le système qu’il aimerait mettre en place et les raisons qui motivent ce choix. L’élève pourra également mettre en perspective ces interviews avec les pratiques de l’exploitation agricole de l’établissement. Pour Isabelle Barzic, responsable du Bac pro conduite et gestion de l’entreprise agricole au CFA de Courcelles-Chaussy, cette démarche « permet aux élèves de s’approprier la notion de transition portée par le plan national stratégique “Enseigner à produire autrement” et de formaliser leur expérience vécue. Cette démarche pédagogique mobilise des enseignants de différentes disciplines : français, éducation socio culturelle (ESC), agronomie et économie ».
« Dans cet exemple, nous recherchons les capacités suivantes, détaille la responsable : problématiser, être concis, identifier les systèmes des agriculteurs choisis (apports disciplinaires en agronomie et ESC : histoire de l’agronomie, de l’agroécologie, du syndicalisme agricole, méthode de l’enquête) ; prendre contact avec un professionnel, expliciter une démarche (apports disciplinaires en français et ESC) ; comprendre des choix agronomiques (agronomie, économie) ; déterminer un choix, comparer, classer, argumenter ( français, ESC, agronomie, économie). »
« Ces nouvelles approches pédagogiques placent les élèves au coeur du dispositif d’enseignement et leur demandent d’en être acteurs. Elles encouragent la parole et l’esprit d’initiative », conclut Caroline Cibert.

IAN FAFET, Tribune Verte n°3001