Lactalis

Le groupe Lactalis recrute pour son CFA des jeunes diplômés en production, dans le commerce et prochainement en maintenance. Il cherche à leur apporter une expertise dans le secteur de la production laitière et fromagère.

En octobre 2021, le groupe Lactalis ouvrait son centre de formation des apprentis (CFA) à Laval en Mayenne, où se trouve son siège historique. Depuis, le géant mondial des produits laitiers et fromagers a accueilli trois promotions de quinze alternants se spécialisant dans le commerce. « Nous offrons à ces jeunes la possibilité d’acquérir des connaissances sur les produits, sur la transformation, sur la qualité… Le but est de former des chefs de secteur capables de parler de nos produits », explique Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement des ressources humaines chez Lactalis France. Courant mai, les premiers ingénieurs de production intégreront le CFA. Et dans quelques mois, arriveront des profils spécialisés dans la maintenance.
Grâce à ce centre, Lactalis souhaite pallier les manques d’effectifs sur ces métiers en tension. En production laitière et fromagère, l’enjeu pour le groupe réside plus particulièrement dans sa capacité à pérenniser ses savoir-faire laitiers et fromagers, alors que les recrutements sont difficiles. « Les effectifs, issus des écoles spécialisées dans l’industrie laitière et des écoles proposant des domaines d’approfondissement dans le lait, diminuent d’année en année. En parallèle, un groupe comme le nôtre continue à avoir besoin de recruter. Nous embauchons donc de plus en plus des jeunes issus de formations plus généralistes », décrit-il.
Ce CFA s’adresse à des jeunes diplômés souhaitant se spécialiser et gagner en expertise. Pour postuler, il suffit de consulter les plateformes habituelles de recherche d’emploi ou le site du groupe. Pour ses parcours « expert industriel » et « expert commerce » (apposés dans les intitulés de postes), Lactalis recrute des ingénieurs de production et des jeunes diplômés d’écoles de commerce (et leurs équivalents en Bac + 5). Quant aux candidats du futur « parcours expert maintenance », une licence dans ce domaine sera requise.

La caution du Cnam
Une fois embauchés en CDI, les candidats suivent pendant un an ces formations en alternance, dont les référentiels ont été élaborés avec le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) des Pays de la Loire. « Comme nous faisons partie des premiers CFA d’entreprise, il était important pour nous d’assurer la qualité des formations proposées avec la caution du Cnam, affirme Jean-Baptiste Vallée. Les enseignements seront délivrés par des formateurs en externe et en interne, là où nous avons une vraie expertise comme sur la gestion des performances industrielles. » Sur le volet pédagogie, l’approche sera celle de la classe inversée. « En amont de la formation en présentielle, la partie théorique sera enseignée sur une plateforme digitale », indique-t-il.
Une semaine par mois, les apprentis seront présents au CFA, puis ils repartiront à leur poste pour travailler dans un des 70 sites de production français du groupe. « Ils sont considérés comme des alternants normaux. Notre CFA est en effet régi par la même réglementation que les autres CFA, depuis l’entrée en vigueur de la loi du 5 septembre 2018 “pour la liberté de choisir son avenir professionnel” », rappelle-t-il.
À partir de fin 2023, Lactalis espère atteindre son objectif, en formant tous les ans 150 alternants au sein de son CFA. En dehors de son centre, le groupe compte également continuer à accueillir des alternants dans ses entreprises, à des postes et avec des niveaux variés (environnement, achat, qualité, conducteur de ligne…). « En 2021, 6 % de nos effectifs étaient en alternance », souligne le directeur. En France, le groupe Lactalis emploie plus de 15 000 collaborateurs.

Caroline EVEN, Tribune Verte N°2989
Crédit photo : Lactalis