Hectar : Un campus agricole sans formation technique

En septembre 2021, le campus Hectar a ouvert ses portes. Composé d’un centre de formation, d’une maison pédagogique, d’un accélérateur de start-up et d’une exploitation agricole, cet endroit s’adresse aux jeunes et aux entrepreneurs du monde agricole, mais ne dispense pas d’enseignement technique.

Installé aux portes de Paris, à Lévis Saint-Nom dans les Yvelines, le campus agricole Hectar s’étend sur 600 ha. Il se situe sur le domaine de la Boissière, ache té en 2019 à 51 % par Audrey Bourolleau, conseillère politique et entrepreneuse, et à 49 % par Xavier Niel, fondateur et principal actionnaire d’Iliad (Free). « Hectar n’est pas une école, c’est un campus avec son propre écosystème. Il accueille des jeunes, des personnes en reconversion professionnelle et des agriculteurs qui souhaitent tester de nouveaux projets », indique le service communication d’Hectar. Le campus s’articule autour de plusieurs lieux clés. Tout d’abord la ferme pilote : l’exploitation se compose de 250 ha de grandes cultures en « agriculture régénératrice », de 60 ha de pâtures et de 310 ha de forêts. La ferme possède également un cheptel de 80 vaches normandes avec une activité de transformation du lait en yaourts et en fromages.
Hectar dispose également d’une « maison pédagogique ». Son objectif : accueillir des collégiens issus d’établissements des réseaux d’éducation prioritaire pour leur stage de troisième et aussi des élèves de primaire. En plus de sensibiliser tous ces jeunes aux enjeux environnementaux, Hectar espère susciter des vocations et peut-être les retrouver quelques années plus tard dans l’une des six formations gratuites du campus.
Parmi elles, le campus propose deux cursus pour devenir chef d’entreprise agricole : « Hectar Transition », une formation continue sur six mois et « Hectar Tremplin », une formation de cinq semaines. Une autre formation de salarié en viticulture est aussi proposée. Elle se déroule sur douze à seize semaines dans une propriété viticole de la région de Sauternes.

Une formation de développeur IA agricole

Par ailleurs, Hectar offre la possibilité de découvrir trois formations en lien avec les partenaires du campus. Il s’agit de « Formation B Corp », une journée d’initiation au référentiel B Corp pour les entreprises agricoles et agroalimentaires qui souhaitent « avoir un impact positif sur la société ». « Get into Farming » est une autre formation de cinq semaines qui sensibilise les personnes fragilisées et éloignées de l’emploi aux opportunités agricoles. Enfin, le campus est partenaire de l’École 42, spécialisée dans le codage informatique, et propose une formation de neuf à douze mois au métier de développeur IA agricole. Cette formation donne les compétences nécessaires aux apprenants, dans le cadre de projets d’intelligence artificielle liés au secteur agricole.

Objectif : 80 start-up

Par ailleurs, Hectar a conçu, avec l’incubateur HEC Paris et le soutien d’entreprises partenaires comme Timac Agro France, Parfums Christian Dior, Naturalia, Sucden ou encore BNP Paribas Act for Impact, un « accélérateur de start-up 100 % agriculture régénératrice-alimentation durable ». En deux ans, les deux « écoles » ambitionnent de faire émerger 80 start-up dans quatre domaines : l’AgriTech (intelligence artificielle, robotique, équipement), la FoodTech (alimentation dans le respect de la biodiversité et de la gestion des déchets), le Future Farming (production en environnement contrôlé) et la Regenerative agriculture (respect des sols et séquestration du carbone). À la mi-mai, 23 start-up avaient rejoint l’accélérateur.

Des tensions avec l’enseignement agricole public

Ouvert depuis le mois de septembre 2021, le campus Hectar suscite aujourd’hui encore des inquiétudes dans l’enseignement agricole. Avant son ouverture, en juin 2021, treize organisations syndicales et associations de l’enseignement agricole public avaient manifesté contre la privatisation de l’enseignement agricole. Sept mois après son ouverture, et quelques jours avant les élections présidentielles, une nouvelle manifestation a eu lieu devant le campus pour alerter les candidats toujours sur ce même sujet. De plus, la Snetap-FSU a dénoncé auprès de l’AFP « l’opacité d’Hectar en y voyant une coquille vide qui ne délivre ni diplôme ni formation qualifiante ».
À ces reproches, le campus répond en rappelant que : « Hectar n’est pas une école, mais un campus hybride sur lequel il y a des start-up, des codeurs, des développeurs et des apprenants, indique Hectar. Nous ne proposons pas d’enseignement technique : quand un projet nécessite une formation agricole, on le dirige vers l’enseignement agricole classique. Nous faisons uniquement du mentoring et du coaching pour s’assurer que les différents projets sont solides d’un point de vue économique, social et environnemental. Hectar a pour ambition d’apporter une solution et un éclairage pour la transition agricole, grâce à une approche entrepreneuriale pour valoriser le secteur. »

Claire Lamy-Grandidier, Tribune Verte n° 2990


En chiffres

  • Date d’ouverture : septembre 2021
  • Surface : 600 ha
  • Nombre d’apprenants par an : 2000
  • Nombre de formations : 6
  • Nombre de start-up dans l’incubateur : 23


« L’agriculture régénératrice » selon Hectar
« L’agriculture régénératrice regroupe l’ensemble des pratiques qui permettent d’une part de mieux capturer et stocker le carbone dans la terre sous forme de matière organique et, d’autre part, de restaurer la biodiversité des sols et d’améliorer le cycle de l’eau », indique le campus.