Formation professionnelle : Les promesses de l’AFEST

Reconnue par la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018, l’Action de Formation en Situation de Travail (AFEST) intéresse les entreprises à plus d’un titre.

En effet, son efficacité pédagogique, sa capacité à s’adapter à des publics ayant moins d’appétence pour la formation, et sa contribution à la préservation des savoir-faire. « Un parcours pédagogique permettant d’atteindre un objectif professionnel. Il peut être réalisé en tout ou partie à distance, ainsi qu’en situation de travail. »
Cette définition de l’action de formation, établie par la loi Avenir professionnel, apporte un cadre légal à l’AFEST, « une modalité entièrement pluggée sur le poste de travail », comme la résume Lamia Cherfaoui, directrice d’activité Relation Client pour le Groupe IGS Formation continue. Sa caractéristique majeure est le droit à l’erreur, sans porter à conséquence sur la production, pour accompagner la montée en compétences opérationnelles.

De multiples atouts en termes d’adhésion et de performance

L’AFEST ne s’improvise pas : elle s’appuie sur des accompagnateurs, qui vont définir les objectifs et attendus de la séquence pédagogique et mettre sur pied des indicateurs d’évaluation en amont et en aval. Elle doit également intégrer un temps de réflexivité pour l’apprenant : de quelle manière a-t-il fonctionné en situation ? Avec quelles réussites, quelles difficultés ?
Pour Lamia Cherfaoui, les atouts de ce dispositif sont nombreux : « L’AFEST contribue à la transmission des savoir-faire de l’entreprise, et se révèle utile pour accompagner les changements de pratiques et postures professionnelles. Elle est également adaptée à celles et ceux qui n’apprécient pas les formations décorrélées du poste de travail, et attendent des acquis directement exploitables. » La formation ciblant le besoin individuel, une ou deux séances suffisent pour observer des changements tangibles.
Autre bénéfice majeur : « Les stagiaires prennent conscience de ce qu’ils savent faire, et en cela l’AFEST contribue à reconnaître et valoriser leurs compétences ». Last but not least, elle peut également être combinée avec d’autres modalités pédagogiques, notamment de e-learning.

En phase avec les attentes des salariés

Si l’AFEST intéresse de plus en plus d’entreprises, elle implique aussi un changement culturel dans les représentations autour de la formation. « La demande existe, confirme Lamia Cherfaoui, car de nombreuses organisations cherchent à améliorer l’efficacité de leurs actions de formation et à valoriser leurs formations internes. » D’après le baromètre international 2021 réalisé par Cegos, les attentes post-crise sont, en tout cas, de nature à la populariser. Interrogés sur la manière dont les modalités pédagogiques doivent évoluer, 43 % des salariés et 25 % des responsables RH du panel estiment que la formation en situation de travail devrait être favorisée pour développer les compétences.

Gilles Marchand, Focus RH