Campus France : « L’excellence académique de la France attire les étudiants »

Sixième pays d’accueil des étudiants en mobilité internationale, la France attire chaque année de plus en plus d’étudiants étrangers. Judith Azema, directrice de la communication à l’agence Campus France, dresse un panorama de l’accueil des étudiants internationaux dans l’Hexagone.

Quels sont les effectifs d’étudiants internationaux en France ? Dans quels secteurs et à quel niveau d’études les trouve-t-on ?
Judith Azema : La France accueille 365 000 étudiants étrangers en 2020-2021, en progression de près de 30 % depuis 2010. Les deux tiers (66 %) suivent leurs études à l’université, environ 13 % en école de commerce, 8 % en école d’ingénieur, 5,5 % dans les formations du supérieur en lycée et environ 3 % en école d’art ou d’architecture.

À l’université, les étudiants étrangers sont pour moitié inscrits au niveau licence, et pour moitié aux niveaux master et doctorat (respectivement 41 % et 9 %). À l’université, ce sont les sciences humaines qui rassemblent la majorité des étudiants internationaux (62 %). 31 % d’entre eux suivent des études en sciences, et notamment en sciences fondamentales qui représentent 23 % des effectifs. Suivent ensuite les sciences économiques et de gestion (16 %), les sciences humaines et sociales (12 %), le droit et la science politique (11 %) et la santé (8 %).

Quid de l’enseignement agricole ?
J. A. : Selon nos études, un peu plus de 16 000 étudiants étrangers suivaient une formation dans le domaine agricole en 2017-2018. La quasi-totalité d’entre eux est originaire de pays européens (95 %). Les étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur agricole viennent également d’Afrique subsaharienne (2 %), d’Afrique du Nord (1 %), des Amériques (1 %) et d’Asie et Océanie (1 %). Il s’agit d’un axe important pour nous : nous avons d’ailleurs produit des vidéos consacrées aux études en agriculture, qu’il s’agisse du BTS agricole ou des études supérieures en agrobiosciences ; et le ministère de l’Agriculture est représenté dans le conseil d’administration de l’agence.

Fin 2018, la France avait annoncé une série de mesures visant à attirer davantage d’étudiants étrangers en France. Cette stratégie d’attractivité des étudiants internationaux a-t-elle porté ses fruits ?
J. A. :Sixième pays d’accueil des étudiants en mobilité internationale, la France a résisté à la crise sanitaire et est parvenue à stabiliser les effectifs accueillis en 2020-2021. Dans le cadre de la stratégie Bienvenue en France lancée en 2019, la France a opté dès le 15 août 2020 pour le maintien de ses frontières ouvertes aux étudiants étrangers, ce qui lui a permis de contenir la baisse des mobilités longue durée à 25 % en 2020 par rapport à l’année précédente. À la rentrée 2021, on constate un effacement de la crise Covid-19 et un retour à la situation de 2019 du point de vue des effectifs d’étudiants internationaux. Depuis dix ans, le nombre d’étudiants étrangers en France a augmenté de 28 %, progressant plus rapidement au cours des années 2015-2019 (+19 %) que pendant les années 2010-2015 (+ 9 %).

Quelles sont les principales motivations de ces étudiants internationaux ?
J. A.
: L’excellence académique de la France attire les étudiants. Depuis quelques années, les établissements français ont nettement amélioré leur position dans les classements internationaux des universités : la France est désormais 3e mondiale dans le classement de Shanghai pour le nombre d’établissements dans le top 50. Le coût modéré des études est aussi une importante motivation, de même que les possibilités de bourses. Enfin, la situation de la France, au coeur de l’Europe, est un argument important pour les étudiants, de même que la possibilité d’y poursuivre une première expérience professionnelle après leur diplôme.

Quelles sont les conditions et les démarches à suivre pour les étudiants ?
J. A.
: Les démarches varient en fonction de la nationalité de l’étudiant. Par exemple, les étudiants européens n’ont pas besoin d’un visa pour venir étudier en France. Dans 65 pays, les étudiants postulent grâce à la plateforme Études en France gérée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et pilotée localement par les espaces Campus France. Dans les autres pays, les étudiants sont accompagnés par les équipes Campus France locales et postulent directement auprès des établissements d’enseignement supérieur français. Les étudiants ayant reçu une acceptation peuvent faire leur demande de visa auprès des consulats de France. Une fois en France, le visa étudiant doit être validé (depuis le 18 février 2019, tout se fait en ligne) pour que l’étudiant obtienne un titre de séjour qui doit ensuite être renouvelé périodiquement.

Si un étudiant a déjà un diplôme à l’étranger, sera-t-il reconnu en France pour sa poursuite d’études ?
J. A.
: Oui, en France ce sont les établissements d’enseignement supérieur qui déterminent le niveau d’admission des étudiants internationaux sur proposition d’une commission pédagogique. Un avis favorable délivré par le directeur de l’établissement permettra à l’étudiant de conserver tout ou partie de ses acquis universitaires antérieurs. Les informations sur la reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger sont fournies aux étudiants par les espaces Campus France dans le monde.

Existe-t-il des tests préalables pour évaluerla maîtrise de la langue française ?
J. A.
: Oui, pour les étudiants non francophones, trois tests sont fréquemment demandés par les établissements d’enseignement supérieur : le Delf (diplôme d’études en langue française), le Dalf (diplôme approfondi de langue française), ou encore le TCF (test de connaissance du français). La plupart du temps, les étudiants passent ces épreuves au sein des Alliances françaises ou des instituts français dans leur pays d’origine. Il est préférable qu’ils obtiennent ces diplômes avant le processus de candidature.

Propos recueillis par Danielle BODIOU, Tribune Verte 2976

Missions : Une agence pour la promotion de l'enseignement supérieur français à l'étranger

Campus France est une agence nationale placée sous la double tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Elle est chargée de la promotion de l’enseignement supérieur français auprès des étudiants et des chercheurs étrangers, et d’encourager ces publics à la mobilité vers la France. À ce titre, l’agence assure la mise en oeuvre de nombreux programmes de bourses, de la publication des appels à candidature à l’accueil en France des bénéficiaires du programme, et anime le réseau des alumni. Campus France accompagne également les établissements dans leur stratégie de développement à l’international.

Chiffres clés

  • 220 personnes en France
  • 500 personnes dans le monde au sein des ambassades de France
  • 375 établissements d’enseignement supérieur français membres du Forum Campus France
  • 30 000 dossiers de mobilité gérés
  • 80 sites Internet en 32 langues, plus de 20 millions de visites ;
  • 1,7 million de personnes suivent Campus France sur les réseaux sociaux
  • Plus de 320 000 alumni actifs sur le réseau France Alumni
  • 30 publications et études statistiques produites par an