Budget 2022 du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation : Plus de 24,4 Milliards d’euros de prévus

Pour soutenir l’agriculture et la transition agroécologique, assurer la sécurité sanitaire du territoire et des aliments, et préparer l’avenir, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation prévoit de mobiliser plus de 24,4 milliards d’euros en 2022.

 

 

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA) a dévoilé le 22 septembre dernier son projet de budget pour 2022. Plus de 24,4 milliards d’euros de moyens1 sont mobilisés pour mettre en application les politiques du ministère autour de trois grands axes : soutenir le revenu des agriculteurs et la transformation de l’agriculture vers l’agroécologie ; assurer la sécurité sanitaire du territoire et des aliments par le maintien d’un niveau élevé de surveillance et de prévention ; et préparer l’avenir par l’innovation et la formation des jeunes. « Alors que dans dix ans, un agriculteur sur deux sera en âge de partir à la retraite, notre agriculture fait face à un enjeu de taille : le renouvellement des générations. Le défi est colossal, car c’est bien de la pérennité de notre modèle agricole dont il est question. La France doit avant tout faire preuve d’une ambition progressiste pour accompagner les futurs agriculteurs et susciter les vocations. Ce doit être un objectif permanent, car une agriculture souveraine, c’est aussi une agriculture qui sait attirer les talents et les former aux défis qui les attendent », affirme Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.
Hors dépenses de personnel, les moyens consacrés à l’enseignement et à la recherche en 2022 s’élèvent à 675 millions d’euros (M€) en autorisations d’engagements (AE) et 671 M€ en crédits de paiement (CP), ce qui représente des hausses de près de 5 % en AE et 4 % en CP par rapport à la loi de finances initiale 2021. Dans le détail, le MAA précise que les crédits destinés aux bourses d’études sur critères sociaux et autres aides sociales pour les élèves et étudiants en BTS agricole augmentent significativement, grâce notamment à la revalorisation de la prime d’internat et à l’extension de la bourse au mérite aux élèves inscrits au CAP agricole.


Développer les capacités d’accueil
Dans l’enseignement supérieur agricole, les moyens vont croître afin de pouvoir accueillir 2 700 étudiants ou apprentis supplémentaires (ingénieurs agronomes, vétérinaires, paysagistes) à l’horizon 2024. Dès 2022, le MAA va notamment renforcer l’équipe pédagogique des quatre écoles nationales vétérinaires avec 16 équivalents temps plein travaillés en plus.
« L’enseignement technique agricole, avec d’excellents taux d’insertion professionnelle et une forte dynamique dans l’accueil de nouveaux élèves au sein des établissements publics, verra une hausse substantielle de ses moyens de plus de 21 M€ en AE et CP », ajoute le MAA. Des crédits seront notamment alloués à la poursuite de la rénovation du système d’information et à l’accueil des élèves en situation de handicap.
S’agissant de la dotation aux jeunes agriculteurs (DJA), son budget (qui s’inscrit dans le cadre de l’axe 1 du projet) s’établit à 35 M€ en AE et 39 M€ en CP. « Les autres mesures d’accompagnement à l’installation sont également confortées (stages à l’installation à 2,5 M€, programme d’accompagnement à l’installation-transmission en agriculture à 12 M€) », indique le MAA.

(1) Crédits budgétaires nationaux (projet de loi de finances 2022, Plan de relance), financements européens, dispositifs fiscaux et sociaux. Ne sont pas inclus les crédits exceptionnels ouverts en lois de finances rectificatives. Le plan d’investissement en cours de préparation et les crédits du Programme d’investissements d’avenir viendront s’ajouter par la suite.

Caroline Even, Tribune Verte n°2976