Animateur d'organisme agricole (F/H)

Animateur d'organisme agricole (F/H)

On compte sur l'Animateur d'organisme agricole pour...

  • Apporter un appui méthodologique et technique à l’équipe d’élus
  • Animer des groupes de travail, des groupes d’échanges, des formations…
  • Accompagner, renseigner, orienter les adhérents dans leurs projets
  • Synthétiser les débats, rédiger et diffuser des comptes rendus
  • Mettre en œuvre les décisions
  • Organiser des événements
  • Promouvoir l’OPA et ses services : gérer la communication interne et externe (site Internet et réseaux sociaux notamment)
  • Être en veille sur les évolutions techniques, réglementaires, politiques…
  • Représenter la structure et ses intérêts
  • S’occuper, éventuellement, de la gestion administrative et financière de la structure, de la recherche de financements

Son profil

  • Connaissances techniques en lien avec les missions de l’organisation professionnelle agricole (OPA) (économie, réglementation, machinisme, productions végétales, productions animales…)
  • Polyvalent·e
  • Dynamique
  • Connaissance du milieu agricole, des OPA et des acteurs locaux
  • Capacité réelle à l'animation
  • Très fortes qualités en communication
  • Autonome
  • Disponible
  • Capacité à chercher l'information

Les formations possibles

  • Bac+2 minimum (BTSA…)
  • Licence pro
  • Diplôme d’ingénieur agricole

Où exercer ?

Dans une chambre d’agriculture, dans un syndicat agricole, dans une fédération de Cuma, dans une association…

Quelle rémunération ?

Habituellement inférieure à 24 K€, la rémunération peut dépasser les 25 K€ pour les profils les plus expérimentés

Ses perspectives d'évolution

Évoluer vers des postes à plus larges responsabilités, en tant que directeur·rice de structures ou conseiller·ère agricole dans une OPA

Pour en savoir plus sur le métier d'Animateur d'organisme agricole, retrouver notre ficher métier sur Agrorientation

Témoignages

FD Cuma 47 : Des animateurs aux côtés des CUMA

Au sein de la FD Cuma 47, les animateurs ont des missions très variées qui leur demandent de savoir bien s’organiser et d’être autonomes.

La Fédération départementale des Cuma du Lot-et-Garonne (FD Cuma 47), basée à Agen, réunit environ 125 Cuma (coopérative d’utilisation de matériel agricole), soit près de 5 000 agriculteurs adhérents, qui mettent en commun leurs ressources pour acquérir du matériel agricole.

Les missions de cette organisation professionnelle agricole auprès des Cuma sont multiples: elle représente et défend notamment leurs intérêts face aux partenaires politiques et institutionnels ; elle les conseille sur des aspects juridiques, techniques, financiers ; elle propose des formations et elle organise des journées techniques sur l’évolution technologique du matériel ou encore les nouvelles pratiques agricoles (etc.).

Actuellement, quatre salariés travaillent au sein de la FD Cuma 47, dont deux animateurs à temps plein. Leurs missions sont très variées et leur demandent de faire preuve d’une grande autonomie et de bonnes capacités d’organisation. « L’animateur doit également savoir s’exprimer en public, animer des réunions », ajoute Max Doux, directeur FD Cuma 47. Face à un groupe d’une dizaine d’agriculteurs qui pourront avoir des demandes diverses, l’animateur devra notamment être capable de les aider à se mettre d’accord et réussir à synthétiser leurs besoins. Lorsqu’il n’est pas en mesure de répondre directement à une question, ce salarié doit en outre être capable d’aller chercher l’information au sein du réseau des Cuma (départementales, régionales ou nationales) ou à l’extérieur. Max Doux estime ainsi qu’« il faut entre un et deux ans d’expérience pour arriver à être à l’aise à ce poste ». Lors de recrutement d’animateur, la fédération recherche de préférence des personnes avec un niveau minimum bac+2 et possédant des connaissances dans le milieu agricole. Selon son profil, chaque animateur pourra, par la suite, développer un domaine d’expertise (financier, juridique…).

Cécile Limbert, animatrice FD Cuma 47 : « Répondre aux besoins des CUMA »

Cela fait maintenant plus de 18 ans que Cécile Limbert travaille en tant qu’animatrice au sein de la fédération des Cuma du Lot-et-Garonne (FD Cuma 47). Pourtant, au tout départ, elle ne pensait y rester qu’un an avant de poursuivre ses études universitaires. Elle était alors diplômée d’une maîtrise en « biologie des populations et des écosystèmes » (bac+4). « Mon travail consiste en premier lieu à répondre aux besoins des Cuma. Nous sommes à leurs côtés depuis leur création jusqu’à leur éventuelle dissolution », explique-t-elle. L’animatrice participe ainsi aux assemblées générales des structures, aide les Cuma à faire leurs plans d’investissement… Elle passe une bonne partie de son temps au bureau à monter des dossiers de subventions, à rédiger les statuts... S’il y a beaucoup de tâches administratives à réaliser, l’animatrice est régulièrement en déplacement. Elle a, entre autres, la possibilité d’organiser des journées techniques sur différentes thématiques agricoles (couverts végétaux, alternatives au désherbage chimique…) en partenariat, par exemple, avec les conseillers des chambres d’agriculture ou des personnes du réseau des Cuma. « C’est un métier où il y a beaucoup d’autonomie. Certaines journées peuvent être plus longues que d’autres mais il y a une grande flexibilité, estime Cécile Limbert. Le métier est très varié, on ne s’ennuie pas. Le milieu agricole offre de nombreuses perspectives d’action : l’environnement, la technologie (agriculture assistée, suivi de matériel, etc.), entre autres. Tout le monde peut s’y retrouver. » Pour conclure, elle souligne également : « Il faut aimer le monde agricole, avoir le goût du relationnel. Même si parfois on peut être un peu chahuté, c’est un métier très enrichissant ! »