Quelles sont les formations disponibles pour s’installer en agriculture ?

Rappelons tout d’abord que la loi n’impose pas de cursus ou de diplôme obligatoire, par la formation initiale ou continue, pour celles et ceux qui envisagent d’embrasser le métier d’agriculteur. En revanche, une formation s’avère nécessaire pour percevoir les aides à l’installation diverses et variées, assortie d’un stage de 21 heures (trois jours), réalisé dans le cadre d’un plan de professionnalisation personnalisé (PPP). Dans tous les cas, l’interlocuteur pertinent sera le point info installation du département visé, en général à la chambre d’agriculture.

 

QUELS DIPLÔMES POUR S’INSTALLER ?

Deux conditions doivent être remplies :

le diplôme doit sanctionner une formation de niveau 4 minimum, soit l’équivalent du baccalauréat ;

cette formation doit conférer la capacité professionnelle agricole (CPA), c’est-à-dire le droit de s’installer.

Il s’agit principalement :

du bac professionnel conduite et gestion de l’entreprise agricole (CGEA), mais aussi de tous les bacs professionnels de l’enseignement agricole, ainsi que du bac technologique STAV et du bac général spécialité biologie, écologie (ancien bac s spécialité écologie, agronomie, territoires) ;

de tous les BTSA (brevet de technicien supérieur agricole), du BTS agroéquipement de l’Éducation nationale et des DUT (diplôme universitaire de technologie) option agronomie ;

du diplôme national d’œnologue (DNO) ;

du diplôme de docteur vétérinaire ;

du diplôme d’ingénieur agronome (écoles nationales) et d’ingénieur en agriculture (écoles privées) ;

d’un certain nombre de licences professionnelles et de masters.

 

QUELS ÉTABLISSEMENTS POUR SUIVRE SA FORMATION ?

Tous les établissements de l’enseignement agricole, publics ou privés, peuvent être sollicités.

Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation : www.educagri.fr

Cneap : www.cneap.fr

Unrep : www.maformationagricole.com

UNMFREO : www.mfr.asso.fr

 

VOIE SCOLAIRE OU APPRENTISSAGE ?

Par la voie scolaire, le jeune sera placé sous la responsabilité de l’établissement (lycée agricole). Il bénéficiera des vacances scolaires, et complétera sa formation théorique par des stages.

Par la voie de l’apprentissage, le jeune aura le statut de salarié (de son maître d’apprentissage). Il sera soumis au Code du travail et suivra sa formation dans un CFA.

Enfin, dans le cas particulier d’une MFR, il étudiera sous le régime du rythme approprié, c’est-à-dire en alternance entre le centre de formation et les lieux de stage, mais toujours sous la responsabilité de l’établissement (statut scolaire).

 

ET APRÈS LA FORMATION INITIALE ?

Les adultes insérés dans le monde du travail (salariés, non-salariés, demandeurs d’emploi) peuvent faire appel à la formation professionnelle continue. Ils suivront leur formation dans un CFPPA ou des centres privés, en général avec des périodes de stage, ou bénéficieront d’un contrat de professionnalisation/ d’apprentissage, rémunéré. Outre les diplômes indiqués, ils pourront aussi préparer le brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (BP REA), de même niveau que le bac pro, mais plus enrichi en matières professionnelles.

 

ET À DISTANCE ?

L’enseignement à distance ne supprime pas la nécessité du stage pour valider le diplôme. Plusieurs organismes proposent ce mode de formation :

CNPR (public) : ead.agrosupdijon.fr

Cerca (privé) : www.groupe-esa.com

Cneac (privé, affilié à l’Unrep) : www.cneac.fr

 

ET LES FORMATIONS COURTES ?

Elles vous seront très utiles pour progresser, pour vous tenir au courant (de la réglementation, des nouvelles techniques, de l’évolution des goûts des consommateurs, etc.), ou encore pour vous spécialiser dans un domaine particulier (gestion, Internet, recrutement de salariés, transformation et vente à la ferme…).

Vous pourrez alors faire appel à :

Vivea, le fonds d’assurance formation des agriculteurs, financé par vos cotisations à la MSA (mutualité sociale agricole, la Sécurité sociale de l’agriculture). Il vous permet de suivre des sessions d’un à quelques jours sur un thème pointu ou d’actualité (www.vivea.fr) ;

Préférence Formations, le réseau des CFPPA publics, idéal pour suivre à distance une session de quelques jours à quelques semaines, sur une thématique à approfondir (assurer l’élevage de jeunes animaux, conduire un atelier en bio, produire de l’énergie renouvelable…) (www.preference-formations.fr) ;

un CFPPA, pour y préparer un certificat de spécialisation (CS) d’une durée de trois à douze mois, avec un stage pratique ou sous statut salarié (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation). Il s’agit alors d’une formation qualifiante, car garantissant une qualification professionnelle reconnue par la profession dans un domaine spécialisé : plantes aromatiques/ médicinales/à parfum, responsable d’une unité de méthanisation…