Votre référente dans la Filière équine
Floriane LE GOFF : flegoff@apecita.com

LIRE L'ECLAIRAGE DES REFERENTS

La filière équine est composée d’activités diversifiées, réparties dans les secteurs suivants : courses, sport-loisir, élevage, travail et viande. Elle se définit comme l’ensemble des acteurs directement impliqués dans les activités équestres et hippiques, des éleveurs aux utilisateurs finaux (cavaliers, parieurs, ...). Le secteur équestre est très dynamique en France, et connait une diversification importante de son activité. En effet le cheval étant de plus en plus souvent assimilé à un véritable animal de compagnie, les activités de loisir ou l’élevage motivé par une passion équine plus que par un motif économique se développent sur notre territoire.
Quelques chiffres :
- Environ 180 000 emplois dont 60 000 en activité principale
- Près de 9 400 Etablissements Equestres
- Les courses et le pari hippique : 236 hippodromes en activité

Vivre sa passion ou vivre de sa passion...

La filière équine représente une source d’emplois importante, en particulier agricoles, caractérisés par une certaine précarité et un fort turn-over qui touche particulièrement les jeunes, 48 % d’entre eux quittant leur poste après un an d’activité.
Ceci peut pour partie s’expliquer par un désenchantement à la découverte d’une activité professionnelle choisie à partir de l’expérience de l’amateur ou du cavalier de loisir.
Les employeurs reconnaissent que les métiers au contact du cheval présentent souvent des conditions de travail difficiles, des salaires peu élevés, ainsi que des horaires décalés.

…dans des entreprises très localisées...

Une entreprise sur trois se situe dans les régions Basse-Normandie, Pays de la Loire et Rhône-Alpes. Plus précisément, les activités d’élevage sont particulièrement développées dans le nord-ouest, tandis que le sud-est est plutôt une région d’utilisation.
L'équitation de loisir est toujours en développement. Les femmes représentent 83% des pratiquants, et un tiers des cavaliers a 21 ans ou plus. La compétition concerne 163 000 cavaliers en 2016. Il existe de nombreuses disciplines équestres (saut d'obstacles, dressage, concours complet, endurance, équitation western, équitation de tradition et de travail...). Près d'un cavalier sur cinq est concerné par la compétition.

…ou qui réhabilitent la traction animale.

Certaines activités agricoles et collectivités locales utilisent des chevaux de trait. C'est le retour de l'utilisation de l'énergie animale. Les chevaux de trait français retrouvent progressivement un usage dans le quotidien de notre société, grâce aux nouveaux besoins de traction animale, tant en zone urbaine que rurale ou périurbaine. Ainsi, dans les milieux sensibles et fragiles, en complément d’engins motorisés, la traction animale s’avère très performante, car beaucoup moins agressive pour les sols et les écosystèmes que la seule utilisation des engins motorisés. Dans des endroits très isolés, les chevaux peuvent servir au portage de matériels ou matériaux. Leur utilisation a également un intérêt pour certaines petites structures maraîchères, viticoles ou forestières dans un contexte de développement de l’agriculture biologique, de recherche de nouvelles pratiques culturales moins intrusives ou de développement d’une image spécifique.

DECOUVRIR LE CAHIER EXPERT "FILIERE EQUINE"

Découvrir les publications de notre partenaires, équi-ressources :

Les bilans d'actions annuels du service équi-ressources
Synthèse des emplois filière équine