Télécharger la fiche métier (pdf)

Témoignages

  • Philippe REVERDY

Pourquoi vous êtes-vous dirigé vers cette filière ?

Je n’ai pas de formation à l’élevage équin puisque je travaillais dans une société d’informatique dans la région parisienne. Mais j’ai toujours aimé les chevaux et j’avais 2 poneys pour le plaisir. Puis, j’ai eu l’opportunité de racheter 17 poneys de race Welsh à l’éleveur qui avait fait naître ces 2 ponettes. J’ai développé cet élevage et me suis installé définitivement sur une exploitation en Bourgogne.

Quelle est votre activité ?

L’élevage compte 70 poneys dont une trentaine de reproductrices. Il consiste à faire naître les poulains, à les élever, puis à les vendre pour du saut d’obstacle ou du concours complet. Les cavaliers sont surtout des enfants ou des adolescents. Plusieurs poneys sont également confiés par contrat à des cavaliers qui les utilisent en compétition.

Qu’appréciez-vous le plus dans ce métier ?

C’est un métier de création, d’autant plus passionnant que l’on s’adresse à des enfants. Nous devons sélectionner les animaux sur leur potentiel sportif, mais aussi sur leur mental et leur comportement. Il faut aussi gérer l’élevage comme une entreprise en constante évolution et savoir faire beaucoup de choses : soigner et nourrir les poneys, mais aussi entretenir les bâtiments ou poser des clôtures.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Il faut une bonne formation de base, au moins le Bac, et bien sûr être passionné par l’élevage, mais aussi avoir beaucoup de patience. Il faut 5 à 6 ans avant de voir les rentrées financières de son travail. Enfin, ne pas oublier qu’en élevage, on ne compte pas son temps et que beaucoup de choses s’apprennent sur le terrain.

Philippe REVERDY Responsable d’élevage équin en Côte d’Or

Formation

Mission, activité du métier

Conditions d'exercice

Compétences et qualités

Perspectives d'évolution

Pour en savoir plus

Offres de formation

Offres d'emploi