Télécharger la fiche métier (pdf)

Témoignages

  • Jean-Marie VIEILLE

Comment êtes-vous devenu élagueur ?

Après 3 ans comme jardinier à la mairie de Besançon, j’ai repris des études en passant un BTA (Brevet de technicien agricole) puis une licence (Sociologie ethno-botanique). J’ai complété par un Certificat de spécialisation en élagage et une formation de technicien de l’arbre urbain. Après avoir été salarié élagueur durant 5 ans, j’ai créé ma propre entreprise qui emploie actuellement 5 personnes. Nous intervenons pour la taille et les soins des arbres auprès des collectivités, des associations, des entreprises, des particuliers, des syndics de co-propriété, etc.

Est-ce un métier dangereux ?

Les techniques ont évolué et ce métier est moins « usant » physiquement qu’il y a vingt ans. Il est impératif d’avoir intégré et de respecter les règles de sécurité, d’apporter un soin particulier au matériel et de le contrôler régulièrement. Il faut également porter les équipements de protection et ne jamais travailler seul.

Que conseilleriez-vous à quelqu’un qui veut exercer ce métier ?

Il est impératif de suivre une formation adaptée, notamment le CS Taille et soins des arbres. Il faut bien sûr s’intéresser aux arbres et être en bonne forme physique. C’est un métier un peu à part, mais qui est très valorisant et permet souvent de travailler dans des lieux insolites auxquels peu de gens ont accès. Il permet également de trouver aisément du travail en France et à l’étranger. Après avoir enseigné pendant 10 ans les travaux pratiques d’élagage au CFPPA de Chateaufarine, je constate qu’une personne sur deux crée son entreprise.

Jean-Marie VIEILLE Elagueur dans le Doubs

Formation

Mission, activité du métier

Conditions d'exercice

Compétences et qualités

Perspectives d'évolution

Pour en savoir plus

Offres de formation

Offres d'emploi