REFLECHIR A DES CURSUS PLUS CONNECTES

À l’ESA d’Angers, l’intégration du « smart farming » dans les formations est en pleine réflexion, notamment à la demande des entreprises. Si des modules sont déjà proposés sur la gestion de données, l’enjeu est d’aller plus loin sur leur valorisation en élevage, en y préparant les étudiants. La recherche s’y attelle aussi.

 

Faut-il former davantage de profils mixtes développeur-technicien en élevage ? Quelle valorisation des données, de plus en plus nombreuses au sein des exploitations, et quel modèle économique construire ? L’enseignement agricole se questionne aujourd’hui, comme en témoigne Sébastien Couvreur, enseignant-chercheur en productions animales à l’École supérieure d’agriculture (ESA) d’Angers : « Nous sommes fortement interpellés par ce sujet. Les choses bougent très vite, avec l’arrivée de robots et capteurs dans les exploitations, le développement de start-up valorisant les bases de données, de nouvelles applications smartphone proposées aux éleveurs... » Le secteur de l’élevage doit faire sa mutation, évoque l’enseignant-chercheur : « Après les productions végétales, qui ont amorcé l’agriculture de précision, les productions animales sont en pleine réflexion sur le big data. »...Lire la suite