PROFESSEUR / FORMATEUR EN AGRICULTURE

Dans le secteur agricole, ce métier s’exerce au sein d’un établissement d’enseignement agricole ou d’un centre de formation professionnelle agricole pour adultes, les deux pouvant être public ou privé. Il consiste à préparer, dispenser et évaluer son enseignement qui concerne des matières professionnelles (agronomie, zootechnie, économie,…).

Autonomie, liberté d’organisation mais rigueur dans le respect des programmes caractérisent les activités. Au-delà de la parfaite maitrise des matières qu’il enseigne, le professeur formateur doit être pédagogue. Pour cela il doit  savoir traduire ses connaissances et ses savoir-faire en enseignements théoriques et en travaux pratiques. Un diplôme d’ingénieur ou de 2ème ou 3ème cycle en agriculture est nécessaire. Les possibilités d’évolution dans la formation se situent dans les postes de responsable de formation, de responsable pédagogique, de directeur ou proviseur d’établissement.

Voir la fiche métier

Témoignage de François Lacroix, formateur à la Maison Familiale Rurale de Rollancourt (62) :

Pour François L, ce sont un peu les circonstances qui l’ont conduit au métier de formateur. En effet, après s’être intéressé très jeune à la ferme familiale finalement trop petite pour être viable, il décide de reprendre ses études par la formation continue. Trois ans lui suffisent pour obtenir successivement un BP mécanique, un BTA et un BTSA. 

Il entre d’abord dans le monde des SAFER (Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural) où il devient un expert en acquisitions foncières et négociation avec les agriculteurs. A 30 ans, pour des raisons familiales, il doit rejoindre le nord de la France et prend alors un poste de formateur à la Maison Familiale de Rollancourt. C’est là qu’il découvre le milieu de l’enseignement agricole. Chargé des cours de gestion en BTSA ACSE (Analyse, Conduite et Stratégie de l'Entreprise agricole), il reçoit une formation pédagogique qui lui donne les compétences nécessaires. C’était il y a 18 ans. Aujourd’hui, il est en charge du BTS GPN (Gestion et Protection de la Nature) par apprentissage. Dans ce métier, il apprécie tout particulièrement la diversité des activités mais aussi les nombreux contacts avec le milieu  professionnel qui lui permettent « de ne pas se déconnecter des réalités des métiers auxquels on prépare ». Et puis il y a les jeunes « avec lesquels il faut aimer discuter et qu’il faut savoir écouter» tient à ajouter François L.