LYCEENS : UN BAC 2021 TOTALEMENT RÉFORMÉ

Le ministère de l’Éducation nationale a souhaité « remuscler » le baccalauréat, avec des changements aussi bien concernant les calendriers que les enseignements suivis.

Lors de la rentrée 2018, les lycéens entrés en seconde ont passé un test numérique de positionnement en français et en mathématiques. C’est une des nombreuses nouveautés qu’implique la réforme du baccalauréat 2021, qui vise notamment à mieux préparer les lycéens aux études supérieures. Les changements concernent tous les élèves des voies générales (G) et technologiques (T), dont ceux de la série « sciences et technologies de l’agronomie et du vivant » (STAV).

Les principaux axes de la réforme vont intervenir dès la rentrée scolaire 2019 en classe de première. En voie G, les séries « scientifique », « économique et social », et « littéraire » vont être supprimées. Les lycéens auront seize heures d’enseignements communs (« français » en première, « philosophie » en terminale, « enseignement scientifique », « histoire-géographie », « enseignement moral et civique », « langues vivantes A et B » et « éducation physique et sportive »). Ils choisiront ensuite, en première, trois enseignements de spécialité (quatre heures par discipline) puis en terminale, deux spécialités parmi les trois (six heures par discipline). Les élèves pourront, par exemple, opter pour les « sciences de la vie et de la terre » ou encore pour les « sciences de l’ingénieur », sachant que les disciplines les moins courantes ne sont pas proposées dans tous les lycées.

En voie T, les élèves auront des enseignements communs similaires à ceux de la voie G, mais avec un « enseignement en mathématiques » et non scientifique, ainsi que des cours en « éducation socioculturelle » et en « technologies de l’informatique et du multimédia » pour les lycéens en série STAV. Ces élèves suivront trois modules d’enseignements de spécialités en première (« gestion des ressources et de l’alimentation » (GRA), « territoires et sociétés » et « technologie »1) puis deux en terminale (« GRA » et « territoire et technologies »1). Notons que le projet de référentiel du bac STAV est actuellement soumis à la consultation des équipes pédagogiques.

Évolution des modalités d’évaluation

Dans le cadre de la réforme du baccalauréat 2021, l’organisation des épreuves évolue également pour les voies G et T. La note finale du baccalauréat sera obtenue à 60 % par les résultats aux épreuves terminales, qui seront au nombre de cinq. La première, qui correspond aux épreuves écrites et orales de français, est anticipée en fin de première, comme ce qui est fait actuellement. Les quatre autres épreuves sont organisées en terminale. Au retour des vacances de printemps, deux épreuves écrites porteront sur les deux enseignements de spécialité choisis par le lycéen. Puis, fin juin, se dérouleront l’épreuve écrite de philosophie ainsi que l’épreuve du « grand oral ». Cet oral terminal de 20 minutes consiste pour le lycéen à présenter un projet préparé dès la classe de première, en lien avec ses enseignements de spécialité, et d’échanger ensuite sur ce sujet avec un jury de deux professeurs.

Les 40 % de la note finale du baccalauréat reposeront sur le contrôle continu, composé d’épreuves communes et des bulletins scolaires, représentant respectivement 30 % et 10 % de la note finale. Les épreuves communes seront organisées en deux sessions en classe de première et une session en terminale2. Elles concernent les disciplines non évaluées lors des épreuves terminales ainsi que la discipline de spécialité choisie en première mais non poursuivie en terminale. Comme aujourd’hui, les résultats définitifs du baccalauréat seront communiqués en juillet. Si les principaux changements de la réforme arriveront à la rentrée 2019, les lycéens en seconde doivent réfléchir dès à présent aux enseignements de spécialité qu’ils souhaiteront suivre dès septembre prochain.

Caroline EVEN (Tribune Verte n°2903)