L’école de Purpan crée le statut soutien d’entreprise

L’école d’ingénieurs de Purpan a décidé de créer le statut soutien d’entreprise pour les étudiants qui, dans le cadre du Covid-19, sont amenés à travailler aux côtés de leurs proches dans l’entreprise familiale, qu’elle soit dans le secteur agricole ou non. Ces étudiants bénéficieront d’un maximum de six crédits ECTS, qui pourront venir en compensation de deux unités d’enseignement.

En pleine épidémie de Covid-19, l’école d’ingénieurs de Purpan, rattachée à l’INP Toulouse, a été destinataire, comme tous les établissements publics et privés d’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage, d’une note du ministère de l’Agriculture les invitant à encourager les initiatives solidaires pouvant contribuer à la continuité des activités du pays.

Encourager la solidarité
C’est dans ce contexte que l’établissement a décidé de proposer, aux étudiants qui prêtent actuellement main-forte à un ou plusieurs de leurs parents, d’adopter un nouveau statut intitulé « soutien d’entreprise » pour la fin de l’année scolaire 2019/2020. « Ces derniers sont censés suivre des cours et réaliser les devoirs divers que leur transmettent leurs enseignants dans le cadre de notre dispositif de continuité pédagogique, constate Éric Latgé, directeur général de l’école. Nos échanges avec quelques-uns d’entre eux ont confirmé leur mobilisation auprès de leurs proches. Celle-ci, qui peut interférer sur le temps disponible pour leurs études, se devait d’être prise en considération dans notre accompagnement pédagogique. » « Ce nouveau statut permet de donner un cadre plus formel à une implication qui est la preuve d’un esprit solidaire que l’école souhaite encourager, explique Didier Kleiber, directeur de l’enseignement. Nous avons construit ce dispositif pour structurer leur action et pour rappeler toutes les protections légales actuelles. Nous avons, par ailleurs, décidé d’attribuer aux élèves qui s’inscrivent dans ce nouveau dispositif, un maximum de six crédits ECTS pouvant venir en compensation de deux unités d’enseignement (UE). Cette logique de double apprentissage – savoir-être et savoir-faire – a toujours été valorisée dans nos cursus, notamment par le biais de ce que l’on appelle la ‘‘formation humaine’’. Le contexte dramatique actuel nous impose de l’appréhender sous un angle inévitablement différent. » Si cette initiative est, comme le précise Éric Latgé, « une manière d’encourager le soutien à une filière à laquelle nous appartenons et à laquelle nous sommes particulièrement attachés », ce statut n’est cependant pas réservé au monde agricole. Il est accessible à chaque étudiant de Purpan qui doit ou qui souhaite s’engager auprès d’une entreprise familiale quel que soit son secteur d’activité, à condition que la poursuite d’activité réponde aux consignes édictées par l’État. Il peut ainsi intervenir sous ce statut dans n’importe quel type de structure. L’étudiant-ingénieur doit remettre à l’école une demande sur la base d’un dossier succinct comprenant un descriptif des missions et des tâches confiées et le calendrier de leur réalisation, ainsi qu’un engagement sur l’honneur à, d’une part, soutenir l’entreprise familiale et, d’autre part, respecter le programme de formation qui aura été construit avec le responsable de l’année d’étude qui le suit. Cet engagement sera cosigné par l’étudiant et par l’entreprise, cette dernière s’engageant à mettre l’étudiant dans les conditions de sécurité et de protection inhérentes à tout salarié de l’entreprise et à veiller au respect de règles de protection face à la pandémie de Covid-19. Les demandes seront analysées au sein de l’école par un conseil pédagogique, en session immédiate, qui statuera sur l’obtention du statut de soutien d’activité d’entreprise et qui envisagera les unités d’enseignement qui pourront être compensées.

Source : Purpan