L’APECITA, MAIN DANS LA MAIN avec les écoles

Au travers des interventions sur le marché de l’emploi et des sessions techniques de recherche d’emploi, l’Apecita échange avec les apprenants au sein des établissements scolaires. Malgré le confinement lié au Covid-19, certaines actions ont été maintenues, mais en visio !

Mises en place au travers de la convention d’insertion, les interventions de l’Apecita dans les centres de formation agri-agro ou dans les maisons familiales sont diversifiées et à la carte. « Nous sommes présents dès le bac pro, mais aussi en BTS, en licence et en écoles d’ingénieurs. Nos présentations concernent le marché de l’emploi et l’accompagnement dans la recherche de stage ou d’un poste », rappelle Sandrine Leleu, conseillère emploi formation à l’Apecita Hauts-de-France. Les interventions marché de l’emploi (IME) durent entre une heure et demie et deux heures, auprès d’une classe ou d’une promotion, avec la présentation des chiffres de l’emploi sur le secteur et dans le domaine qui concernent les participants. « Nous avons des données statistiques, mais aussi des retours des employeurs sur leurs attentes, les tendances de recrutement et les postes à pouvoir, ce qui permet réellement d’aiguiller les étudiants », souligne Sandrine Leleu. Les sessions techniques de recherche d’emploi (STRE) abordent davantage la connaissance de soi, les stratégies de recherche d’emploi, la rédaction de CV et de lettres de motivation ou encore l’entretien de recrutement. « Nous organisons ces interventions en concertation avec les établissements. Cela peut être, par exemple, sur deux créneaux espacés de deux ou trois semaines, afin de laisser le temps aux élèves de préparer un travail sur le CV et la lettre de motivation, puis d’échanger ensemble, en groupe », explique Anne Bonely, de l’Apecita Toulouse. « Là aussi, nous essayons de partager notre vécu avec les entreprises, poursuit Sandrine Leleu. La simulation d’entretien se compose d’une partie théorique avec des conseils très concrets sur l’argumentation et le langage non verbal, puis d’exercices pratiques. » L’outil Talent Management utilisé par l’Apecita permet lors de ces échanges de mettre en avant les talents des apprenants et les cibles métiers potentielles.

Proposer de nouveaux accompagnements
Dans les Hauts-de-France, l’Apecita intervient par exemple chaque année auprès de l’ISA de Lille et d’UniLaSalle Beauvais, au niveau des troisième et quatrième années. « Nous sommes également présents lors des journées Forum entreprises pour répondre aux interrogations des étudiants et présenter les différents services de l’Apecita », poursuit la conseillère basée à Arras. Dans un lycée agricole, des visites d’entreprise ont aussi été organisées avec une classe de seconde, afin de découvrir certains métiers du secteur de l’agroalimentaire. « Notre accompagnement est réellement à la carte, en fonction de ce qu’attendent les établissements. L’enjeu est aussi de se renouveler, de proposer de nouveaux formats, afin d’attirer l’attention des apprenants », insiste Sandrine Leleu. En Occitanie, outre les interventions classiques en établissements, l’Apecita a dernièrement organisé un jobdating pour les apprentis d’un CFPPA et accompagné des élèves de BTS Acse (analyse, conduite et stratégie d’entreprise) dans un projet de groupe, là encore sur l’organisation d’un jobdating. Malgré le confinement, les interventions de l’Apecita ont pu être maintenues auprès de plusieurs structures. « Nous avons réussi, avec des groupes de 30-35 étudiants, à organiser des visioconférences sur Teams qui ont permis des échanges fructueux. L’exercice a été réussi, même s’il y avait tout de même un manque du côté relationnel », observe Sandrine Leleu. En Occitanie, l’Apecita a participé, depuis Teams, au forum des entreprises de l’école d’ingénieurs agricoles de Purpan, avec les quatrième et cinquième années. « L’enjeu était d’échanger durant quinze minutes en visio avec chaque participant sur son projet professionnel, le marché de l’emploi, les postes à pourvoir, mais aussi sur les services Apecita. Suite à ces échanges, beaucoup d’étudiants se sont inscrits sur le site et se sont rapprochés de nous pour des entretiens plus complets. Pour les étudiants excentrés, en Aveyron par exemple, la visio est un très bon outil pour échanger », termine Anne Bonely.

Tribune Verte 2940, OLIVIER LÉVÊQUE