L’AGRICULTURE URBAINE A DÉSORMAIS sa licence pro

La première promotion d’une licence professionnelle en agriculture urbaine et périurbaine (AUP) verra le jour à Nantes à la rentrée prochaine. Zoom sur la formation.

D’ici 2020, Paris comptera plus de trente hectares d’espaces en agriculture urbaine. Et la capitale n’est pas la seule à investir dans ce nouveau mode de production permettant de cultiver des fruits, des légumes et d’autres aliments en ville…
Pratiquée sur les toits, dans les cours, dans des potagers partagés et dans des espaces publics, l’agriculture urbaine et périurbaine (qui se pratique dans les agglomérations citadines) nécessite aujourd’hui des compétences diverses. Depuis cinq ans environ, au lycée professionnel agricole de Nantes Grand Blottereau, les enseignants œuvrent avec des professionnels du secteur et ont mis en place des modules de formation, notamment en BTS et en bac pro. « Nos jeunes sont bien formés sur le plan horticole.
Toutefois, l’agriculture urbaine et périurbaine demande également des connaissances en urbanisme, en aménagement territorial, en écologie et en animation. Ainsi, cette agriculture doit tenir compte des sols pollués, par exemple. Dans un tout autre domaine, elle doit intégrer des notions sociologiques afin d’établir des diagnostics sociaux, de rapprocher le citadin de l’agriculture, de l’aider dans ses projets de production urbaine et, enfin, de savoir communiquer avec les différents acteurs concernés », spécifie Cyril Bouchereau, enseignant en sciences et techniques horticoles au LPA Grand Blottereau.

Formation proposée en alternance uniquement

Face à ces problématiques et suite à la demande de professionnels — Nantes Métropole et ses espaces verts, associations, paysagistes, architectes d’urbanisme ou encore bureaux d’études — l’idée d’une licence professionnelle en agriculture urbaine et périurbaine a commencé à prendre forme. Le LPA, qui possédait déjà des contacts avec les géographes de l’université de Nantes dans le cadre de deux autres licences pro en aménagement, a présenté ce projet à la Région des Pays de la Loire. Cette dernière a répondu favorablement à la création et au financement d’une telle formation, 40 avis en provenance de toute la France ayant appuyé la demande. Par ailleurs, la moitié de ces avis s’est engagée à embaucher au moins un apprenti. Ainsi, pour la première fois en France, le lycée professionnel agricole de Nantes Grand Blottereau devrait accueillir à la rentrée prochaine 15 candidats ayant signé un contrat au plus tard le 23 septembre 2019. Cette formation, proposée uniquement en alternance, vise à former des techniciens spécialisés (de niveau bac + 3) dans la conception et la mise en œuvre de projets agricoles urbains ou périurbains. Le licencié aura ainsi acquis de nombreuses compétences (citées plus haut), et pourra postuler à des fonctions de technicien spécialisé, de chef d’entreprise, de chargé de mission ou encore de conseiller en bureau d’études. Il aura la possibilité d’intégrer des structures très variées, telles que des collectivités territoriales, des administrations d’État, des associations et des syndicats, des organisations professionnelles et des coopératives agricoles, des structures liées à l’aménagement du territoire, du paysage et du développement local, des entreprises liées à la production, à la transformation et la commercialisation des produits, d’équipements et de services agricoles, et des établissements de formation ou/et d’expérimentation.

MARIE-DOMINIQUE GUIHARD (Tribune Verte n°2909)
Crédit photo : LPA NANTES GRAND BLOTTEREAU