LA FILIÈRE BOIS : PLUS D'EMBAUCHES QUE LE SECTEUR AUTOMOBILE !

60 000 entreprises pour 440 000 emplois : si la filière bois entend poursuivre son développement dans les années à venir, elle offre déjà de belles opportunités aux passionnés du bois comme aux curieux de découvrir un secteur où l’innovation côtoie la tradition.

Avec à peine moins de surface de forêt que l’Allemagne, la filière bois française emploie pourtant deux fois moins de salariés que son homologue d’Outre-Rhin ! Mais le secteur, en plein développement, a d'ores et déjà entamé la feuille de route définie par un contrat stratégique qui court jusqu’en 2022.  Son objectif ? Apporter une réponse aux enjeux écologiques, notamment en reboisant massivement et en augmentant le volume des investissements.

Les métiers de la filière bois

La filière bois a un rôle important à jouer dans la transition vers une économie décarbonnée. Pour y arriver, elle développe tous ses marchés (matériau, industrie et énergie)  et, en parallèle, mobilise et valorise la ressource forestière de l'Hexagone.

Le secteur emploie actuellement 440 000 personnes, dont 372 000 sont des emplois directs. Les postes occupés sont très variés et relèvent aussi bien de l’exploitation forestière que de l’industrie (sciage, emballages, meubles, production d’énergie, chimie verte…), des marchés de travaux du bâtiment ou de la distribution. La filière bois, ce sont aussi 60 000 entreprises - dont la plupart sont des PME - et  un chiffre d’affaires annuel de 53 milliards d’euros.

La panoplie de métiers proposés par le secteur est accessible à tous les niveaux de qualification. Entre la gestion de la forêt et la construction, les étapes sont nombreuses et la filière bois a besoin de professionnels pour exploiter les forêts, transformer le bois, fabriquer des charpentes ou des meubles et agencer des locaux : bûcherons, techniciens forestiers, charpentiers, menuisiers mais aussi designers ou tourneurs sur bois.

Beaucoup de ces emplois se situent dans des zones géographiques plutôt rurales, avec des emplois non délocalisables. L’activité économique liée à l’exploitation de la forêt contribue donc à dynamiser certains tissus locaux parfois fragiles.

Des ingénieurs pour concevoir et innover

Les élèves ingénieurs qui choisissent cette voie sont certains d’être en poste rapidement après l’obtention de leur diplôme : les écoles spécialisées reçoivent plus d’offres qu’elles ne comptent d’élèves. L’ENSTIB (Ecole nationale supérieure des technologies et industries du bois) installée à Epinal propose à ses étudiants de nombreuses spécialités, qu’ils choisissent en troisième année : 60% optent pour la filière construction, 40% se répartissent entre les filières matériaux, énergie et ingénierie. A eux ensuite d'imaginer les nouveaux modes de construction et les nouveaux usages du bois en s'appuyant sur un éventail de connaissances polyvalentes : biologie, mécanique, physique des matériaux…

Source : RégionsJob

Crédit photo : GettyImages/Skynesher