Conseiller de gestion ou conseiller d'entreprise agricole

Voilà un métier qui nécessite de grandes capacités d’analyse et de synthèse. Celles-ci sont en effet indispensables pour réaliser des diagnostics d’entreprises et accompagner ces dernières dans leurs choix stratégiques. De bonnes connaissances en économie, gestion et fiscalité, le plus souvent acquises en formation d’ingénieur en agriculture ou en agronomie, sont également nécessaires. Mais le conseiller de gestion doit aussi faire preuve de qualités humaines importantes, notamment d’écoute et de diplomatie, car c’est dans le dialogue avec le chef d’entreprise que son intervention sera efficace.
Le plus souvent salarié d’un centre de gestion, d’une chambre d’agriculture ou d’une banque, le conseiller de gestion agricole participe aussi aux réunions liées à ses activités : commissions spécialisées départementales chargées de valider les projets qu’il accompagne, groupes de travail mandatés pour concevoir de nouveaux produits ou services. Autant dire qu’il jouit d’une grande autonomie, même s’il est placé sous la responsabilité d’un directeur de bureau ou chef de service, des postes auxquels il pourra d’ailleurs prétendre s’il sait faire évoluer ses connaissances et développer des capacités managériales.

Notre fiche métier

Témoignage…

Sébastien Daguenet, conseiller d'entreprise dans la Somme

Diplômé de l’Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers, Sébastien Daguenet, après un bref passage dans la recherche en alimentation animale, intègre très vite Cerfrance 80 comme conseiller d’entreprise. On lui confie alors un portefeuille clients qu’il va développer au fur et à mesure qu’il acquiert de l’expérience.
Au bout de quelques années, il découvre le management, successivement en tant que responsable d’équipe puis d’agence, et enfin se voit confier la responsabilité du marché de l’agriculture, des missions assurées en gardant une activité de conseiller. C’est dire s’il connait bien ce métier qu’il exerce depuis vingt ans et qui pour lui consiste avant tout à «accompagner les chefs d’exploitation dans la performance et la réussite de leur entreprise ». « Le regard extérieur du conseiller est très important pour l’agriculteur », ajoute Sébastien, « car il ne faut pas oublier qu’un agriculteur est assez isolé sur son exploitation, qu’il est souvent le nez dans le guidon et seul son conseiller peut lui apporter le recul nécessaire pour prendre des décisions stratégiques ».
Pour exercer ce métier, « certes il faut aimer les chiffres et l’analyse financière » indique-t-il, mais avant de préciser : « surtout il faut aimer l’agriculture et l’entreprise, avoir envie d’aller dans les exploitations, posséder de réelles compétences humaines et être très pédagogue ». Autant de qualités indispensables pour s’épanouir dans ce métier « qui ne connait pas la routine, notamment lorsqu’il faut accompagner plusieurs agriculteurs dans un projet collectif, faire de l’animation de groupe et même de la formation ».
Enfin il n’hésite pas à conclure : « L’agriculture est en pleine mutation, le conseiller accompagne cette mutation dans les exploitations qu’il suit, et c’est ce qui rend ce métier si passionnant ».

Crédit photo : © PRODUCTION PERIG