Concours agronomiques et vétérinaires

La commission VES étudie les parcours de candidats aux profils atypiques. Si leurs études sont validées, ils peuvent s’inscrire officiellement aux concours agronomiques et vétérinaires.

Dès la mi-novembre, les candidats aux parcours atypiques – à dominante scientifique mais ne possédant pas les diplômes requis – pourront saisir la commission VES (validation des études supérieures) du Service des concours agronomiques et vétérinaires (SCAV). Ils peuvent ainsi espérer s’inscrire à l’une des voies d’accès des deux concours communs et intégrer une école d’ingénieurs dans les sciences du vivant et de l’environnement (bio) ou l’une des écoles nationales vétérinaires (ENV). « La commission VES a été mise en place à la session dernière pour l’ensemble des voies des concours de la banque agronomique et vétérinaire, explique Sophie Baladi, cheffe du SCAV, basé à Paris. Son rôle est de vérifier la correspondance des diplômes détenus par les candidats avec ce qu’exige la réglementation. » En 2019, 26 dossiers ont été examinés par la commission. Plusieurs étudiants dans le domaine de la santé souhaitaient se réorienter et passer le concours B des ENV. Un autre candidat, avec un Bac ES et une licence en sciences humaines et sociales (mention sciences et technologies), a, quant à lui, été autorisé à passer le concours B bio.

Plusieurs voies d’accès
Cette année, les candidats devront envoyer leur dossier (photocopies des diplômes obtenus, lettre de motivation…) avant mi-décembre. Pour les diplômes obtenus en dehors de l’Union européenne, ils devront au préalable obtenir une attestation de comparabilité à demander à France éducation international (ex-CIEP). La commission VES, composée de spécialistes, devrait se réunir le 8 janvier 2021. Si les études du candidat sont validées, il pourra alors s’inscrire officiellement à l’une des voies des deux concours bio et/ou ENV. Comme en 2019, les inscriptions auront lieu entre début décembre et mi-janvier. Selon leur profil, les étudiants choisissent la voie d’accès la plus adaptée. La voie A s’adresse à ceux en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE BCPST). La voie B, de son côté, touche les universitaires (en licences ou en licences professionnelles). La voie C, elle, concerne les détenteurs de BTSA et de certains BTS et DUT. La voie apprentissage (uniquement bio) est destinée aux futurs élèves-ingénieurs en alternance (licences pro, BTS, DUT). « En permettant ces différentes voies d’accès aux concours, les écoles cherchent à accueillir des profils diversifiés », souligne la cheffe. À noter d’ailleurs que si ces concours ouvrent essentiellement des portes vers les écoles d’ingénieurs en agronomie et les ENV, certaines écoles d’ingénieurs (type Polytechnique) recrutent désormais quelques profils en sciences de la vie et de la terre à travers ces concours.
En 2021, les épreuves écrites devraient avoir lieu entre début mars et début mai. Les épreuves orales se termineront, elles, début juillet. Tous les détails seront indiqués dans les notices des concours publiées à partir de mi-novembre. Sophie Baladi rappelle d’ailleurs que le site Web www.concours-agro-veto.net est la référence en la matière. Elle livre également deux conseils : bien lire les instructions et viser une voie de concours correspondant le mieux à son parcours.

Caroline EVEN (Tribune Verte N°2948)
Crédit photo : SCAV